12/06/2013

Mise en condition.

 

Accueil et liste des articles

 

Mise en condition.

 alien,paranormal,pape,gène,adn,cerveau,scientifiquement prouvé,tabac,fdj,naturisme,justice,amende,pantalon,egalite des sexes,touriste,impots,domenech,lecture,rire,hd,sdf,auteur,conflits,albinos,races,guerres,kindle,amazon,armement,enseignement,di eu,richelieu,idiocracy,incompetence,abstinence,carnaval,apparence,education,organisationNous mentons à l’élève. Nous affirmons lui inculquer des valeurs et comme ça, sans broncher, nous bafouons déjà le premier mot de notre devise Nationale (que tout le monde connaît j’espère) – Liberté – en lui bombardant déjà un enseignement « obligatoire ». N’y-a-t-il pas contradiction ?

            Evidemment, il est facilement compréhensible que si tout le monde faisait ce qu’il voulait, ce serait l’anarchie la plus complète. Mais, si l’enseignement était vraiment fait intelligemment et non suivant un programme standard qui n’a plus lieu d’être, nous aurions certainement des jeunes intéressés et il n’y aurait plus besoin de mettre le mot obligatoire devant éducation. Ils s’y rendraient par volonté propre.

            Nous aurions en face de nous les mêmes jeunes que j’ai la joie d’avoir à la maison. C’est-à-dire, ayant toutes les qualités humaines nécessaires à leur véritable épanouissement. Nous n’aurions plus ces jeunes perdus, mal dans leur peau et enclin à la drogue ou au suicide.

          Les professeurs me répondront certainement que finalement, c’est la faute au programme. Il n’est pas adapté. Je rappelle simplement que si l’on s’en tient à un programme pour éduquer et déterminer l’intelligence de quelqu’un, nous n’obtiendrons que des robots ! Car, seuls des robots sont « programmables ». Ainsi, nous ne pourrons jamais obtenir des « humains » avec lesquels nous auront plaisir vivre et apprendre.

 Le lycée, lieu d’apprentissage par excellence. Lieu où nos jeunes devraient recevoir, non seulement des enseignements généraux mais également une solide formation de savoir vivre sous la coupole de « L’éducation » nationale. Un garçon ou une fille bien «éduquée» aura, et vous serez d’accord avec moi, non seulement de la délicatesse, du tact, du savoir vivre mais avant tout du respect envers son prochain.  Son humilité et ses connaissances lui permettront  de ne jamais s’attaquer à plus faible. Sa droiture et son humanité ne lui permettront pas de tourmenter plus petit que lui, de faire souffrir inutilement son prochain et de profiter de son éventuelle situation de supériorité.

Voilà, un garçon ou une fille vraiment «bien éduquée».

          Qu’en est-il de cet antre «éducatif» nommé Lycée ? Voyez-vous, j’ai encore reçu ce petit papier, comme toutes les années, à la même époque :  Réunion tel jour à telle heure. Et bien marqué en gras : 

 Présence des parents indispensable.

            Je trouve ce procédé de très mauvais goût, et d’un manque certain de délicatesse.

En effet, la supériorité entre «eux» et nous est tellement grande, tellement évidente qu’il n’est même jamais posée la question : si nous avons le temps d’être là.

Ridicule me dirons certains. Ce sont des réunions tout à fait normales et nécessaires. Quelle ignorance m’envahit donc.  Je pardonne aisément ceux qui pourraient me traiter de simpliste ou d’ignare. Evidemment, le cerveau lessivé par de nombreuses décennies d’éducation à sens unique, il est parfois difficile de ne pas perdre le fil de l’histoire.

Dites donc, nous avons légèrement tendance à oublier qui est au service de qui !

On veut nous faire croire que les éducateurs tissent ainsi un lien avec les parents. Ceci dans le noble but d’aider ensemble les élèves à améliorer leur avenir et afin de concrétiser, au mieux, leurs attentes.

 Il ne s’agit en fait que d’une grossière manœuvre destinée à se décharger de la responsabilité d’un éventuel échec de votre enfant. Connaissant à fond l’incompétence des professeurs ainsi que les failles du système, ils prennent donc les devants. Oui, c’est ça le pire.... ils le savent ! 

 Donc, ils vous convoquent afin de vous expliquer le dur travail qu’est le leur et la façon dont ils pensent torturer..heu pardon...éduquer votre héritier ou héritière.

Sans être vulgaire et en essayant rester courtois et poli : Nous n’en avons rien à foutre !

Oui, c’est cela et je le répète. Je n’en ai rien à brasser !

Mon Dieu, horreur ! Blasphème et Sacrilège !

 Et oui, enfin. Ils sont là pour ce travail et ce n’est pas la peine de nous faire venir pour vanter les mérites de l’établissement.

C’est comme si le directeur de supermarché vous convoquait pour expliquer combien il a été difficile de cultiver les pommes de terre que vous avez acheté la semaine dernière. A chacun son boulot.

 Vous, parents et même élèves qu’avez-vous appris au cours de ces réunions bidons ? Moi, je le sais.  Parce que n’ayant pas reçu cette éducation, donc étant poli, par courtoisie, je me suis rendu  plusieurs fois à ces réunions.

            Et bien, je peux vous le garantir, on y apprend rien du tout. On y confirme simplement que le système est à revoir dans son intégralité.

            On vous bassine d’emblée avec le fait que, restons simple et humble, étant un établissement de première catégorie, vos enfants devront travailler, travailler et encore travailler. Surtout à la maison !  Oui, l’accent est tout de suite mis sur le travail personnel de l’enfant à la maison.

 ( Travail. Du latin tripalium instrument de torture à 3 pieux, utilisé dans le monde romain variante ou ancêtre de la crucifixion ! )

 Nos professeurs sont-ils inconsciemment convaincus  que le travail  fourni en cours est inutile ?

Si le ou les cours dispensés avaient été de qualité, si l’enseignement avait été efficace, serait-il nécessaire de travailler à la maison? On veut  nous faire croire  que cela  est une nécessité. NON, je regrette. Si on a fait comprendre correctement quelque chose à l’élève, il n’y pas lieu de le faire travailler à la maison.

Voyez-vous, j’en reviens à mon supermarché. Si j’y trouve des pommes de terre, je ne vois vraiment pas pourquoi, j’arriverai avec pelles et pioches à la maison pour en cultiver sur mon balcon !

En même temps, on vous fait comprendre que l’établissement sera très strict sur les horaires. Attention, la ponctualité à l’honneur. Oui, bien sûr, sauf quand la cloche marquant la fin des cours sonne. Elle ne marque pourtant qu’une fin de journée très hypothétique. Le travail de l’élève n’est pas terminé ! Tout ce qu’il n’a pas appris en cours, il va l’apprendre seul à la maison.

Alors, on vous fera remarquer que le travail des professeurs n’est pas terminé non plus! Des dizaines de copies à corriger. Oui, nous le savons. C’est un dur métier. Tout comme celui du cultivateur mettant très certainement plus de temps à cultiver les pommes de terre que moi les manger !  Me force-t-il pour autant à me gaver de gratin dauphinois, de purée ou de pommes sautées à n’en plus finir afin de compenser son travail ?

Ceci pour dire que le travail à la maison trouve sa raison d’être,  non seulement par la stérilité du cours mais également et très certainement par un petit trait de jalousie. Vous voyez ?  Du style : Si moi, je m’emmerde à la maison pour corriger les copies de ces vauriens ...

 Extrait du livre de Jean Luc Goubet : Les 1001 aberrations de l'intelligence humaine

 


                       

NOUVEAU !

Du même auteur

LES REGLES DU JEU

de JEAN-LUC GOUBET

 

ENFIN DISPONIBLE DANS LA BOUTIQUE KINDLE AMAZON. FR !


ESPRIT est tu là ?couv LES REGLES DU JEU.jpg

 

Bien nombreux sont encore les mystères du monde et bien présomptueux est celui qui affirmerait les avoir tous percés.

Pour cette raison même, la plupart des règles de la vie nous sont encore inconnues.

Ce sont les règles du jeu. Mystérieuses et envoûtantes, sans cesse présentes mais insaisissables, elles nous accompagnent tout au long de notre existence terrestre et probablement au-delà !  

  La frontière de l’impossible recule à mesure que les connaissances avancent et, ce qui était extraordinaire hier est, aujourd’hui, des plus ordinaires.

Toute nouvelle découverte est une véritable explosion. Une simple idée partie du néant, sans poids ni matière,  s’étend vers l’infini et dans  toutes les directions. Il suffit de trois fois rien pour changer les perspectives de l’humanité toute entière. Il suffit   de découvrir ce qui a toujours existé car, « rien ne se perd et rien ne se crée », le modeler à l’aide de notre intelligence et le jeter sur la table. L’utilisation d’une seule carte abandonnée par un mauvais joueur peut faire rebondir le dénouement du jeu. Ajouter une seule connaissance à notre savoir peut contribuer à résoudre les mystères les plus anciens et nous aider ainsi à passer de la sorcellerie à la science et du surnaturel au naturel. 

C’est ce que nous tenterons de faire au cours de ce livre. Nous jouerons une carte laissée de côté depuis fort longtemps.

Nous allons jouer la carte de l’esprit.

==================================================================================

Nouveau

disponible uniquement sur KINDLE AMAZON

 
 UNE HISTOIRE VRAIE EXCEPTIONNELLE !

PLUS D'INFORMATIONS SUR LE BLOG :

 


STYLET BGB.jpg


 

 
fakir,douleur,endorphine,recherche,esprit,religion,enterré vivant,histoire vraie,larbig,charbonier,meditation,concentration,livre,insolite,extraordinaire,medecine,psychologie,reincarnation,kardec,hibernation,coma,etat altere de conscience

Les commentaires sont fermés.