16/04/2013

Le même tarif pour tout le monde ?

 

Accueil et liste des articles

Le même tarif pour tout le monde ?

 

can-stock-photo_csp8995547.jpgNous allons encore faire remarquer un fait  si courant et ancré dans nos mœurs que plus personne n’y prête vraiment attention. La valeur et signification du mot « égalité » est tout aussi arbitraire que celles des chiffres dans la numérotation des chambres d’hôtel citées en début de cet ouvrage.

 Il est pourtant évident qu’un simple SDF n’a pas les mêmes droits qu’un milliardaire. Mais, siiii, vous répondront les candides ayant une foi aveugle en la justice et qui, surtout, n’ont jamais fait fonctionner la moindre parcelle d’intelligence. Bien évidemment, sur le papier tout est beau et gentil, mais, franchement, très franchement, dans la pratique qu’en est-il réellement ? Sommes-nous vraiment sérieux ? Oh ! Oui, bien sûr ! Le SDF a exactement les mêmes droits que le milliardaire mais, encore faut-il qu’il puisse se les payer.

 Ne soyons pas stupides. Nous avons tous les mêmes droits à conditions toutefois d’être dans la bonne case. Regardons le simple fait de prendre le bus ou le Métro. Mais quel rapport allez-vous me dire ? Et bien, posons-nous la question suivante : Pourquoi, un « allez simple »  n’est jamais la moitié d’un « allez retour » ?  Un carnet de dix, n’est jamais le prix d’un ticket multiplié par dix non plus. Oui, nous le savons tous, il s’agit là d’un fait purement commercial. Quoi de plus normal, trouverons-nous même. Mais, si avec un brin d’intelligence, nous analysons cela sous l’angle simple de la réelle « égalité », plutôt qu’avec la terrible poutre de la corruption, nous aurons tôt fait de comprendre que cela est une arnaque des plus douteuse. Une arnaque  favorisant une classe de personnes face à une autre. En effet, pourquoi celui qui peut payer un mois d’avance en s’offrant un abonnement paierait-il sa place moins chère que celui qui ne voyagera qu’une fois ? Voilà de la discrimination !

 De plus,  ce simple fait apparemment anodin et « commercialement correct »,  a des conséquences graves sur notre société. Il tue le petit commerce. Il est la source même de la mort du commerce de proximité. Oui, bien évidemment, car c’est grâce à cet état d’esprit qu’un supermarché peut vendre sa marchandise moins chère que ne l’achète le petit commerçant ! La grande surface a les moyens financiers pour acheter en quantité. De ce fait, comme la logique du carnet mensuel des transports en commun, elle payera beaucoup moins chère sa marchandise. Nous, hommes civilisés, habitant un pays moderne comprenons facilement cet état de chose. C’est le « business ». Pourtant, nous nous révolterons, le jour où un indien Guarani vendra à un touriste son arc est ses flèches, dix fois le prix qu’il ne l’aurait fait si son client avait été du pays. L’indigène en question n’a pas fait de hautes études commerciales. Il agit pourtant exactement comme ceux qui en sortent. Nous le traiterons cependant de voleur et de profiteur. Où est donc passé notre sens de la logique ? Où est donc passé notre honneur ? Ne nous voilons pas la face. L’égalité n’existe pas. Pas plus pour payer un ticket de métro, acheter une place de cinéma ou prendre l’avion. (Le président de la république ne payant pas sa place, même lorsqu’il n’est plus en poste. Ce qui n’est pas mon cas et sans aucun doute, le vôtre non plus !) L’intelligence de l’homme ne fonctionne que pour créer des différences et des avantages au profit du plus démuni.

 

Les commentaires sont fermés.