06/04/2013

Art et Mode.

   Accueil et liste des articles

Art et Mode.

 

ridicule,combien,tarif,bourse,organisation,viande,cheval,salaire,mathematiques,maison,vie,credit,écriture,sexe,mot,fluctuation,santé,suicide,anorexie,boulimie,tradition,naïveté,allergie,nature,hallal,bio,eau minerale,prix choc,remballe,recyclage,couillons,arnaque,politique,science,label,sida,secret,vision,moteur perpetuel,big bang,roswell,area 51,alien,paranormal,pape,gène,adn,cerveau,scientifiquement prouvé,tabacDans le  domaine des âneries qui défient l'intelligence humaine, nous pouvons également citer les effets de mode. La réflexion personnelle ayant été petit à petit supprimée de notre potentiel de pensée, bon nombre d'entre nous agit, non plus par envie propre ou goût personnel, sinon par un copier coller sur le voisin. Nous retrouvons là cette sous estimation personnelle décrite plus haut (Chap. Naïveté chronique). L'autre est forcément plus intelligent que moi, je suis incapable de prendre mes propres décisions et de penser par moi-même donc, je fais comme l'autre. Il est forcément dans le vrai. Remarquons tout de même que cette façon d'agir découle d'une certaine fainéantise cérébrale. 

 Suivre la mode permet également de ne pas à avoir à affronter les autres et défendre ses idées propres (si l'on en a, ce qui n'est plus souvent le cas). Se fondre dans la masse, permet de passer inaperçu et d'éviter ainsi tout danger de confrontation. C'est en quelque sorte un mimétisme défensif. C'est surtout la facilité. 

 Pourquoi Ô grand Dieu, neuf adolescents sur dix  portant une casquette, la mettent-ils à l'envers ?  C'est vraiment malin. La visière a été inventée pour une bonne  raison. Mais, ils ne le savent pas. Les lunettes de soleil se portent à la lumière du jour. Non dans le métro ou une discothèque. Mais, c'est tendance, alors ma bêtise est excusée ! Nous ne pouvons étiqueter d'intelligent, un abruti qui se promène avec ses pantalons à la moitié des fesses, ni celui dont l'entrejambes arrive au genou. Plus on a l'air con, plus on l'est, c'est certain. Mais,  malheureusement plus on se croit malin et avoir de la personnalité en copiant l'arriéré du quartier. Enfin, soyons vraiment sérieux. Comment pouvons-nous trouver normal d’acheter des pantalons déjà troués ou déchirés en prétextant que c’est la mode ? Comment, de plus, pouvons-nous les payer plus cher que les autres ? Même remarque pour les délavés, les usés ou les défilochés. Plus nous sommes « fagotés » comme des sauvages, plus nous sommes tendance.

Est-ce vraiment un signe de cette brillante intelligence propre à l’homme ?

 Nous pourrions, éventuellement, trouver normaux ou excuser ces comportements vestimentaires en prétextant la jeunesse. Mais, vraiment éventuellement. Car, première observation : être jeune n’empêche en rien la réflexion et deuxième observation : l'âge adulte n'apporte pas plus de réflexions concernant les pensées toutes faites admises uniquement par idiotie. Nous allons très certainement nous attirer les foudres de l'enfer mais, il faut pourtant bien le faire. Comment, dans une société qui se veut évoluée, pouvons-nous trouver belles, magnifiques, superbes et géniales des œuvres d'art qui ne ressemblent à rien ? Comment est-il possible que des gribouillages affreux puissent se vendre des millions ? Comment est-il possible que des gens soient consacrés Maître ou Génie et  sont uniquement capables  de créer des saloperies ?  C'est vrai à la fin, comment une intelligence normalement constituée peut-elle permettre cela ?  Ce ne sont plus de simples adolescents en mal de vivre dont nous parlons mais, bel et bien d'adultes formés, d'un nombre considérable de personnes, de médias relayant l'information et de dirigeants respectables qui acceptent, décrètent et entretiennent une telle absurdité. Le véritable artiste, le véritable peintre, nous le trouverons dans la rue ou sur la plage, bien souvent SDF mais, capable de vous tracer un portrait en question de minutes ou à l'aide de quelques craies,   dessiner de véritables (mais non reconnues) œuvres d'art, sur un bout de trottoir. Qui seront d’ailleurs piétinées, dans la plus grande indifférence, parfois le mépris et la colère, par une foule incapable de reconnaitre leur beauté. Evidemment, ces œuvres éphémères n’ont pas attirés l’attention des médias, et personnes ne leur a dit : ô combien elles avaient de la valeur.

 Les autres œuvres, celles des Maîtres, celles qui ne ressemblent à rien, celles dont le prix indécent augmente à mesure que le pays sombre dans la misère, ont droit à des salons, des musées, des manifestions « culturelles », des ventes aux enchères, des reportages. Pouvons-nous réellement occulter ces niaiseries en prétextant une histoire de goût ?  Peut être. Mais, ce que nous oublions alors est que cette capacité de l’être humain à ressentir la beauté est un signe d’évolution. Plus l’intelligence est développée plus la délicatesse et la finesse de ses goûts le seront. L’harmonie du trait, les mélanges de couleurs, la reproduction parfaite de ce qu’il peut observer, la maîtrise du pinceau ou des autres instruments servant de support à son art, sont tant de facteurs qui devront être développés par l’artiste.

Une œuvre représente ce qu’il voit et ressent. Elle représente également ce qu’il est capable de faire avec la finesse de son évolution. Ses admirateurs « vibrent » à la même fréquence, mais, sont encore un ton en dessous en ce qui concerne l’évolution car, la plupart seront dans l’incapacité de reproduire une telle œuvre. Ce qui nous amène à nous poser de sérieuses questions. Sur le « niveau » de ceux qui poussent des Hoooo ! et des Haaaa ! admiratifs devant des absurdités exposées dans des maisons spécialisées dîtes de la culture ou des musées  con…temporains.

 

Extrait du livre de Jean Luc Goubet : Les 1001 aberrations de l'intelligence humaine

Commentaires

C’est quoi pour vous un « gros volume de publication » ? Je n’ai pas compris en fait dans quels cas c’est si important que ça de générer un sitemap.

Écrit par : gollum elite | 19/11/2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.