03/03/2013

Recyclage.

        Accueil et liste des articles


Recyclage.

    1166196635.gifLes bonnes initiatives que les hommes arrivent parfois à instaurer, sont souvent, pour ne pas dire toujours mal utilisées, tournées au ridicule et enfin finissent par illustrer encore davantage la mauvaise utilisation de l’intelligence dont nous sommes si fiers.  La mode actuelle concernant le recyclage ne fait pas exception à cette règle. Si l’idée en soi est absolument louable et digne d’un grand intérêt, avec un peu de recul et une réflexion plus approfondie, nous avons tôt fait de mettre en évidence les dessous qu’occulte une telle campagne.
    Pour commencer, il est à rappeler à tous les adeptes de la pratique du tri sélectif, ayant chez eux une collection de poubelles de toutes les couleurs et qui passent leur temps à trier les produits dit « recyclables » des autres produits que, tous les produits sont recyclables : ‘Lavoisier nous a pourtant bien précisé que « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme. » Petite maxime qui a d’ailleurs été certainement reprise d’Anaxagore de Clazomènes, philosophe Grec des années 500 – 428 Avant JC qui lui avait observé que « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau ».
    Même les excréments peuvent être recyclés, ne serait-ce que pour la production de biogaz ou d’engrais. Ajoutons qu’une fois traités et compressés, les américains en font une sorte de contreplaqué pour faire des planchers et, j’ai même appris que les japonais, eux, peuvent même les transformer en briques pour la construction !  Bref, si cette technique se développe, il va bientôt falloir aller faire « caca » dans un sac plastique afin de réutiliser nos me… plutôt que honteusement les gaspiller en les envoyant dans le tout à l’égout  et risquer de se prendre une prime pour pollueurs invétérés !
     
    Tout cette mode n’est en fait qu’un leurre qui, une fois de plus, oblige à des sacrifices les personnes du bas de la chaîne dont la responsabilité n’est pas la plus importante.  En effet, si nous réfléchissons un peu donc, si nous utilisons notre intelligence, nous auront tôt fait de découvrir les sources de l’abondance de la pollution qui empoisonne notre planète de millions de tonnes de saloperie. Les exemples sont foison, mais nous pouvons déjà explorer la voie suivante.
    Nous avons tous compris, enfin je l’espère, que bon nombre d’articles, notamment dans l’électronique, sont une source de pollution. Des dizaines de produits nocifs entrent dans leur fabrication. Hors, afin de gagner des sommes considérables d’argent, les compagnies qui fabriquent ceux-ci, téléphones, télévisions, ordinateurs etc. s’amusent à sortir de nouveaux modèles tous les six mois. Est-ce vraiment nécessaire ? Le dernier sorti à une ou deux petites fonctions en plus que le précédent afin d’attirer la convoitise du consommateur.  Ceci afin de jouer sur l’égo et la soif du pouvoir de l’acheteur qui brillera d’une toute puissance sur son voisin car, il est en possession du modèle XX24 « bis » alors que son « ringard » de voisin n’a que le XX23.
    Hors, tous les fabricants, ont depuis longtemps des modèles bien supérieurs en stocks qu’ils ne mettront en circulation que dans quelques années. Si notre intelligence était un tant soit peu plus développée, nous n’aurions aucune raison d’utiliser des produits, qui, finalement, sont déjà périmés. Ce qui économiserait des milliers, voir des millions de tonnes de déchets totalement inutiles.
    De plus, trier chez soi, les divers produits dit « recyclables », les mettre soigneusement dans des containers de différentes couleurs, c’est bien, c’est très bien. Mais, c’est un petit jeu psychologique auquel s’adonnent les grandes compagnies de recyclage. Elles jouent sur notre conscience, en nous faisant sentir coupable du bordel dans lequel ils nous plongent à longueur d’année. Ils ne nous parlent pas des économies que cela leur fait faire et qui vont honteusement gonfler leur compte en banque. En effet, en agissant sur cette conscience du bon citoyen, ils s’épargnent une quantité industrielle de main d’œuvre et en y regardant bien, il nous font faire leur boulot. C’est un peu comme si le boulanger du coin, nous demandait de venir préparer la pâte et qu’il n’est plus qu’à enfourner et nous vendre son pain.


Extrait du livre de Jean Luc Goubet : Les 1001 aberrations de l'intelligence humaine

Les commentaires sont fermés.